| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






jeudi 1er janvier 2004

Incertitude sur les droits des femmes dans le « nouvel Irak »

par AFP



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Précieuse Amira
Violées, enlevées, égorgées, l’enfer au carré des Irakiennes
Irak - Exécution sommaire de trois femmes et menace de mort contre Houzan Mahmoud de l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Les assassins de femmes doivent êtres punis
Le féminisme musulman mettra les terroristes en échec
Irak : une constitution inhumaine pour les femmes
La lutte des femmes en Irak avant et depuis l’occupation
Irak : une Constitution contre les femmes
Les prostituées, proies faciles en Irak
Les actes terroristes contre les femmes se multiplient en Irak
Où en sont les femmes dans l’Irak nouveau ?
Les viols dans la prison d’Abo Gharib en Irak
Redonner l’espoir aux Irakien-nes
Solidarité-Irak
Une liberté vide pour les femmes d’Irak
En Irak, les femmes manifestent et la présidente de l’OLFI est menacée de mort
Non à la loi islamique (Shari ’a) en Irak, oui à un État laïque
Menaces contre les locaux de l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak




(Bagdad) - Avec des déclarations quelque peu convenues sur « l’importance de la femme dans la société », trois représentants du Conseil de gouvernement irakien ont tenté mercredi d’apaiser les craintes de leurs concitoyennes, inquiètes de leur futur statut dans le « nouvel Irak ».

Voilées pour les unes, habillées à l’occidentale pour les autres, quelque 150 congressistes ont studieusement écouté les professions de foi des membres de l’exécutif, conviés par le « Groupe indépendant des femmes irakiennes » dans le cadre d’une conférence sur le statut et le rôle de la femme en Irak.

« Le but de cette conférence est de se rappeler au bon souvenir des législateurs », a déclaré d’emblée une porte-parole du groupe, Meyssoun al-Demlouchi, en ouvrant les travaux. « J’espérais que tous les membres du Conseil de gouvernement participeraient, mais ils ne se sont pas déplacés alors qu’ici nous avons des femmes venues de tout l’Irak », a-t-elle déploré.

Le président en exercice de l’exécutif, Adnane Pachachi, et deux autres représentants masculins, Dara Nourreddine et Nassir Chaderji, tous deux indépendants, ont accepté l’invitation.

Les femmes attendaient particulièrement des réponses sur une récente décision du Conseil de gouvernement, qui a abrogé le code de la famille en vigueur depuis 1959, considéré comme l’un des plus avancés des pays musulmans. La décision a été prise le 29 décembre dernier alors que le Conseil était présidé par le leader du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), Abdel Aziz al-Hakim, et revient à laisser de facto aux instances religieuses le soin de régler des questions comme le divorce, le mariage, la garde des enfants...

« C’est une régression terrible, ils essaient de nous faire revenir à l’âge de pierre », s’insurge Nidal Abdelamir, une congressiste voilée, tandis que Zakia Khalifa al-Zadi, une quinquagénaire communiste, se désole : « Je me suis battue toute ma vie pour l’égalité des sexes, j’ai eu beaucoup d’espoir à la chute du régime [de Saddam Hussein] et je constate que toutes les promesses sont trahies. » Pour Mme Zadi, qui a été emprisonnée sous Saddam Hussein, « le régime était très mauvais, mais le code de la famille était une bonne loi, et nous en étions satisfaites ».

Ce code rendait notamment la polygamie extrêmement difficile, accordait des droits à la mère pour la garde des enfants en cas de divorce, interdisait la répudiation et le mariage avant 16 ans, explique-t-elle. « Il est vrai que Saddam avait commencé progressivement à revenir sur ces mesures, mais si le code est abrogé, ce sont les religieux qui vont gérer nos affaires. » « Nous voulons participer à l’écriture des lois qui vont diriger ce pays », ajoute Khawla Zaidan, une dentiste « issue de la bourgeoisie ».

Interrogé en marge des débats, M. Pachachi se démarque de la décision du Conseil de gouvernement : celle-ci « ne reflète pas les vues de tous » les membres de l’exécutif, souligne-t-il, rappelant que la loi n’a pas été promulguée et que de nouvelles discussions se tiendront à ce sujet.

« Nous devons nous opposer fermement à tous ceux qui veulent réduire les droits de la femme », a dit Nassir Chaderji à la tribune avant de proclamer, comme ses deux homologues du Conseil de gouvernement, « l’importance et le rôle de la femme » dans la société et de promettre que les femmes seront représentées aux instances du pouvoir.

Par ailleurs, trois femmes font pour la première fois partie du conseil municipal de Kirkouk et le nombre d’Arabes nommés en son sein a sensiblement augmenté, la coalition emmenée par les États-Unis tentant ainsi de réduire les tensions ethniques qui agitent cette ville du nord de l’Irak.

AFP, édition du vendredi 16 janvier 2004

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 janvier 2004

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

AFP



Plan-Liens Forum

  • >Femmes d’ Afghanistan et d’Irak , Tenez bon !
    (1/1) 1er février 2004 , par FAÏZA SKANDRANI





  • >Femmes d’ Afghanistan et d’Irak , Tenez bon !
    1er février 2004 , par FAÏZA SKANDRANI   [retour au début des forums]

    Il est inadmissible que des enturbannés mènent la danse dans des pays où les USA ,entre autres prétextes ,ont soulevé le lapin du dévoilement des femmes et des Droits des Femmes . Ils ont effet déclaré partir en croisades contre le talibanisme en Afghanistan au secours des Droits des femmes , et EN IRAK après avoir utilisé le prétexte de l’armement nucléaire ou chimique ,ils se sont souvenus des malheureuses victimes , des femmes opprimées par les dictatures des pays arabes ,et de l’absence de démocratie , fait qui nous préoccupe par ailleurs ! Les USA n’ont cependant pas évalué les répercussions de leurs bombes et de leur sale guerre contre ces deux pays : combien de femmes ont perdu leurs maris ,leurs pères ,leurs frères ? Combien ont à leur charge des handicapés à vie ? Combien de femmes sont aujourd’hui soutiens de famille ? Combien de femmes ont eu des maisons saccagées , une vie complètement brisée ? Et pour avoir droit ,à quoi ,en fin de compte ,suite à cette CATASTROPHE ,d’un autre âge ? A devoir porter foulard et burka ,à vivre sous la chariâa qui est contraire à l’esprit libérateur de l’Islam , à vivre selon la bonne volonté des nouveaux démocrates fondamentalistes en Afghanistan et en Irak ? Les USA n’ont pas encore compris que la démocratie ne s’impose pas de l’extérieur et qu’un peuple pour être fier de sa résistance doit avoir la maturité nécessaire pour venir à bout de lui-même de l’oppresseur . Soit Saddam a le premier nui aux droits des femmes en 1991 , il a été un "horrible dictateur" coupable de bien des crimes ! Mais ,permettez-moi de vous dire que JE NE VOIS NULLE DIFFERENCE ENTRE LUI ET BUSH , et que l’armée américaine ne vaut pas mieux que lui puisqu’elle sème à tous vents désastre ,destructions ,morts par milliers sous l’effet des bombes à fragmentation !!! Pour quels résultats ? LA RESURGENCE DU FONDAMENTALISME MUSULMAN PLUS ARCHAÏQUE QUE L’ISLAM DES PREMIERS SIECLES ,l’Islam qui a contribué à la modernisation de l’Occident ,qui par le retour aux textes religieux a permis la lecture critique de la Bible ,qui a contribué à la modernisation de la Science ,de la chimie ,de la médecine ,avec Ibn Rochd (Avéroès) ,Ibn Sina (Avicenne) , Ibn Geber ,père de l’Algèbre moderne ... Quoi que fassent les USA ,riches et prospères ,ils ne pourront jamais faire oublier que la source des sciencesphysiques ,mathématiques ,chimiques ...LE MONDE LES DOIT AUX ARABES et au rayonnement culturel et scientifique de BAGDAD en particulier . Les USA sont ce que les Romains appelaient des "homo novus" ,des gens sans autre passé que celui d’avoir exterminé un peuple "les peaux rouges" pour s’implanter à SA place . Quant aux femmes arabes et musulmanes ,aujourd’hui , il faut qu’elles se battent ,qu’elles comptent sur elles-mêmes ,qu’elles écrivent sur les journaux ,qu’elles manifestent , qu’elles s’expriment sur Internet ,qu’elles publient des livres ,qu’elles brisent le silence qui risque de les étouffer et qu’elles demandent des comptes non seulement aux gouvernants co-optés par les belligérants , ou à Paul Bremer mais à ceux qui ont nui à l’Irak lorsqu’ils faisaient fonction d’opposants à l’extérieur et qu’ils ont fait le jeu des USA lorsqu’ils étaient invités sur CNN ou Fox News pour parler du danger nucléaire et chimique irakien !!! Quelle que soit la culpabilité d’un seul homme , elle ne justifie en rien les massacres de milliers de personnes dans ces deux pays ,massacres dont les répercussions risquent d’être très GRAVES pour les DROITS DES FEMMES dans l’ensemble de la région ,et cela ne devrait pas être toléré sur le plan éthique et politique par les Nations -Unies. FAÏZA SKANDRANI (TUNISIE)

    [Répondre à ce message]


       Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © Sisyphe 2002-2013
    Sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin